En Saône-et-Loire Revue de presse

A La Rochelle, 17ans et déjà engagé

Source : Le Journal de Saône-et-Loire

Il n’y a pas que les ténors du PS qui s’agitent à La Rochelle. Étienne, 17 ans, participe à sa première université d’été.

Si Rimbaud avait connu Étienne Pierre, la poésie française serait sans doute passée à côté d’un de ses vers les plus célèbres. Car Étienne Pierre a 17 ans et il est sérieux. Tout au moins quand il est question de politique.

Le Chalonnais entrera dans quelques jours en première scientifique au lycée Mathias. Il n’a pas encore une idée précise de son avenir. Mais il aimerait que ce soit « sans Sarkozy ». La politique est venue à lui sans qu’il s’en aperçoive. « Maman est de gauche, papa de droite. Il y a toujours eu des débats à la maison ». En mai dernier, il a cédé aux sirènes d’un ami, encarté au Mouvement des jeunes socialistes, qui tient son université en même temps que les aînés. Petit mais costaud, le MJS réunit ce week-end près d’un millier de militants quand le PS en compte 5 000.

« Je n’ai jamais connu la gauche au pouvoir »Cette université d’été, Étienne en gardera souvenir longtemps. Ses jeunes camarades initiés ont tout fait pour. « Pour une fois, on n’est pas partis à l’arrache et on a pris le temps de visiter en route », confirme Jérémy Pinto, animateur du MJS en Saône-et-Loire. Parti de Chalon jeudi, le convoi a fait une halte à Jarnac. « On est allés sur la tombe de Mitterrand, c’était sympa », rapporte Étienne. Quel sens peut avoir une étape mitterrandienne dans la vie d’un jeune Bourguignon en 2011 ?

« Ça veut dire qu’on s’inscrit dans une histoire. Moi, je n’ai jamais connu la gauche au pouvoir ». Étienne n’a que 8 ans le 21 avril 2002 mais en garde un « souvenir atroce ». C’est en partie pour cela qu’il a décidé de s’engager dans un mouvement politique. L’approche de l’élection présidentielle l’a convaincu de franchir le pas. « Comme je n’aurai 18 ans qu’en août 2012, je ne pourrai pas élire le Président. Mais je voterai pour les primaires », s’enthousiasme le garçon.

Pour le moment, il hésite entre François Hollande qui « parle de choses importantes comme le nucléaire ou la réforme fiscale » et Martine Aubry qui « ressemble à Hollande mais paraît moins motivée ». Ségolène Royal ? « Elle est morte politiquement ». Arnaud Montebourg ? « Je n’aime pas sa personnalité ; il se met trop en avant ». Hier, à l’espace des congrès de La Rochelle, Étienne a été studieux. Séance plénière avec François Hollande en matinée. Deux heures assis sur une chaise à écouter les propositions pour « une croissance durable et partagée ». Le jeune homme en est ressorti convaincu mais affamé. L’après-midi, séance de média training avec le MJS, atelier sur la lutte contre les discriminations avant, tout de même, une pause-café sur le port.

En rentrant en Bourgogne, Étienne se donne pour objectif de « persuader ma mère et ma sœur d’aller voter aux primaires ». Quant aux copains du lycée, il est plus pessimiste. « Ils pensent que ce n’est pas de notre âge ». On peut donc être sérieux quand on a 17 ans ? « Je ne sais pas ce que veut dire sérieux. Mais la politique, je crois que ça nous concerne tous », conclut-il en un sourire.

Leave a Reply

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>