Nos actions Revue de presse

Les rencontres du mjs71 dans la presse

source : www.infos-chalon.com

Des rencontres citoyennes du MJS marquées par la réflexion et la convivialité

Samedi 2 octobre avaient lieu, à Chalon-sur-Saône, les rencontres citoyennes du Mouvement des Jeunes Socialistes de Saône-et-Loire (MJS 71). Dans une salle bien remplie, dont une soixantaine de jeunes militants, trois ateliers thématiques ont marqué une journée riche d’échanges, en présence de plusieurs élus du département.

L’Europe, échelle pertinente de combat politique

Après une manifestation, le matin, contre la réforme des retraites du Gouvernement, le premier débat devait porter sur la construction européenne. « Dans un contexte de crise économique et sociale, où les interrogations dépassent le seul échelon national, s’interroger sur l’avenir de l’union européenne et réaffirmer une ambition européenne renouvelée apparaît, pour les jeunes socialistes, être un sujet hautement essentiel » devait introduire Jérémy Pinto, animateur fédéral du MJS. Et de laisser la parole à Benjamin Griveaux (vice-président du Grand Chalon) et Fabien Chevalier (président national de l’association Sauvons l’Europe) pour qui, de l’intégration plus aboutie, de la citoyenneté européenne, aux questions du fédéralisme à celle du budget communautaire, les motifs du combat politique progressiste sont nombreux.

Santé, protection sociale et justice sociale

Le deuxième atelier sur la santé passionna tout autant l’assistance. Ce débat, dans le cadre de la troisième convention nationale thématique « Perspectives 2012 » du MJS, s’inscrit pleinement dans l’actualité pour Julien Gabon, secrétaire, à un moment où « l’offre de soins et le système de protection sociale souffrent de graves attaques par la droite, entre autres déremboursements, franchises médicales. L’accès aux soins est de moins en moins assuré alors que près de 25% des français renoncent à se faire soigner à cause de la cherté du système ». A Thomas Thevenoud (vice-président du Conseil Général de Saône-et-Loire) et Christophe Sirugue (Député-Maire de Chalon) de développer griefs à l’encontre de la politique gouvernementale, par exemple au sujet de la « médecine du travail, placée scandaleusement sous l’autorité de l’employeur, au détour d’un amendement durant la discussion sur la réforme des retraites » selon le parlementaire chalonnais, qui a particulièrement suivi ces sujets à l’Assemblée Nationale. Des échanges furent tirées de nombreuses propositions, comme sur « les politiques de prévention désespérément absentes des politiques de santé publique. Il paraît primordial de consacrer une part plus importante du budget de la santé à la prévention, ce qui à terme permettrait de véritables économies et de véritables avancées sur le plan sanitaire. Par ailleurs, une prévention incluant une vraie éducation à la santé permettrait de favoriser un accès démocratisé aux soins pour toutes les catégories de la population », selon les jeunes socialistes.

Engagés pour une « gestion publique de la fête »

Enfin, le dernier thème de la journée a permis d’évoquer la place de la culture sur tous les territoires et, plus particulièrement, « gestion publique de la fête », objet original de réflexion dans un mouvement politique. En invitée de marque, Najat Vallaud-Belkacem (secrétaire nationale du PS aux questions de société et adjointe au maire de Lyon) est venue parler des responsabilités publiques à cet égard : « La fête, ou l’évolution des pratiques festives, peut interroger : l’exemple du phénomène apéro facebook peut apparaître un révélateur singulier. La rue doit être considérée comme un espace de libres expressions, qu’elles soient artistiques, culturelles ou politiques ; c’est la raison pour laquelle le rôle des fêtes au sein des espaces urbains reste fondamental. » Cependant, force et de constater que les fêtes sont de moins en moins admises dans les centre-villes où des intérêts divergeants doivent se concilier. Dans ce contexte, la tendance est à la limitation des responsabilités publiques. C’est ainsi que les fêtes se privatisent, ce qui n’est pas sans attiser certains problèmes. Pour Jocelyn Defawe, membre du bureau national du MJS, « les prises de risques diverses de type consommation excessive d’alcools ou de drogues semblent généralement plus importantes à domicile. En parade, la sphère publique doit réinvestir le champ de la fête en consacrant un large part à la prévention des conduites à risques ».

Un dernier atelier en forme d’appel à la convivialité pour une journée qui se termina avec un « apéro-mix » en musique. Un « bilan très positif » pour Nisrine Zaïbi, vice-présidente à la jeunesse du conseil régional et, par ailleurs, trésorière du MJS 71 :« ca fonctionne quand on mêle convivialité et débats politiques de fond pour construire l’avenir ». Opération militante à renouveler selon Jérémy Pinto, fier de cette réussite et qui ne manqua pas de remercier tous les participants à ces rencontres. Le MJS continue maintenant de se mobiliser contre la réforme des retraites et tiendra sa prochaine assemblée générale à Autun le 23 octobre prochain.

source : Le Journal de Saône-et-Loire

Leave a Reply

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>