Nos actions Régionales 2010 Revue de presse

Café-citoyen MJS sur creusot-infos.com

Pour retrouvez l’article de presse, cliquez sur creusot-infos.com

Mobilité et universités, ce sont deux des points qui ont été discutés à l’occasion du café citoyens, organisé ce jeudi par le Mouvement des Jeunes Socialistes de Saône-et-Loire.

Autant le dire tout de suite et assez clairement, dans la campagne des régionales débutée depuis maintenant plus d’un mois, la Gauche a peur d’une seule chose : l’abstention. Sûre de ses forces et aussi, comme elle le dit souvent, de la faiblesse de ses adversaires, elle craint néanmoins que l’abstention lui porte quelques préjudices au moment des votes les 14 et 21 mars prochains. Pour cela ou plutôt contre cela, la seule solution est de mobiliser davantage, surtout les jeunes.

Ainsi, c’est dans cette logique que les responsables du MJS de Saône-et-Loire, accompagnés de quelques personnalités inscrites sur la liste de François Patriat, se sont retrouvés en début de soirée au bar « Le Diamino » pour un café citoyen. Et même si, en dehors des personnes directement liées à la campagne, il n’y a vraiment pas eu grand monde, les discussions abordées furent plutôt intéressantes. En tout cas, elles ont concernés deux points qui apparaissent essentiels et sur lesquels les candidats à la présidence de la région Bourgogne, de Gauche comme de Droite, veulent sans nul doute s’appuyer pour fédérer les électeurs.

Sur la mobilité, et plus spécifiquement sur la question des transports ferroviaires soulevée par Charlène ayant justement besoin de se déplacer au quotidien pour des raisons professionnelles, les colistiers du présidents sortant ont admis que tout n’est pas parfait. « Il existe encore de réels problèmes. Par exemple, le trajet Blanzy-Chalon dure deux heures et cela fait partie des choses anormales », a concédé Nisrine Zaïbi, numéro 2 sur la liste conduite par François Patriat. « L’enjeu est l’axe Est-Ouest », a rajouté David Marti, numéro 7.

Mais les deux personnalités ont aussi mis en avant les choix effectués dans le domaine en question au cours des six dernières années, avec notamment la rénovation de tous les parcs de TER. Des choix en faveur du ferroviaires qui s’intensifieront si la Gauche est élue. « L’objectif de la région est de développer un maximum de lignes à l’avenir et de créer un ticket unique pour l’ensemble du territoire », a assuré Nisrine Zaïbi, s’arrêtant aussi sur le risque de la probable ouverture à la concurrence qui représente sans nul doute un risque de voir la qualité des transports baissé.

Concernant l’enseignement supérieur, la Gauche a également affirmé ses ambitions et son envie de faire plus dans ce domaine. « Les filières ont évolué. Avant, il n’y avait que l’IUT au Creusot et, aujourd’hui, nous avons Condorcet et le Campus Sud Bourgogne accueille 1 300 étudiants », a fait remarquer David Marti pour bien montrer le développement de l’enseignement supérieur. Un enseignement en faveur duquel la liste du président sortant souhaite clairement aller plus loin, « en dépit des volontés contradictoires de l’Etat qui tendent vers une centralisation de plus en plus accentuée des grosses filières et l’autonomie des universités », d’après Nisrine Zaïbi.

C’est pourquoi la numéro 2 a prévenu que les prochaines élections sont « un vrai challenge ». Pour elle comme pour toute la liste de Gauche, « les régionales sont le début du changement. Le changement pour pouvoir sérieusement contrer la politique individualiste et désastreuse de Sarkozy où les acquis républicains n’ont plus aucune valeur ».

Leave a Reply

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>