Nos actions

Un après-midi contre les discriminations (presse)

La lutte contre toutes les discriminations, tel était le thème de la deuxième édition du Festival Populaire, mis en place par le Mouvement des Jeunes
Socialistes de Saône-et-Loire ce samedi après-midi à l’Alto au Creusot. Une demi-journée pleine d’animations, de concerts et surtout d’ateliers-débats destinés à faire réfléchir sur la nécessité du recul de ces inégalités et différences.

Il y a un an, à Montceau-les-Mines, le MJS de Saône-et-Loire avait opté pour un retour sur mai 68 en raison des quarante ans de l’événement.
Cette année, il a axé son Festival Populaire sur le thème des discriminations puisque, qu’elles soient sociales, racistes ou qu’elles portent sur le genre et l’orientation sexuelle, ces injustices sont nombreuses aujourd’hui. Elles apparaissent encore plus chez les jeunes.

Une idée qui était donc abordée longuement au cours de l’après-midi. «Il est important de montrer par cet événement que le PS est actif sur le département», a tout d’abord souligné Jérôme Durain, premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste, avant de passer la parole à l’animatrice fédérale de l’association, Fanny Petton, mettant elle aussi en avant l’intérêt d’une telle manifestation comme un moyen de montrer que «la jeunesse peut représenter une force non négligeable».

Une force notamment dans les scrutins. A l’approche des élections européennes, Mustapha Sadni, candidat sur la liste PS, avait donc fait le déplacement pour animer et se mêler aux discussions mais aussi pour souligner l’importance de ces prochaines élections. «Ces discriminations existent à l’échelle européenne et c’est par un vote le 7 juin prochain que nous combattrons ces nombreux freins à l’insertion», a-t-il assuré.

«Je crois qu’il faut aller à l’essentiel et se mobiliser pour voter socialiste», a même rajouté le maire de la ville du Creusot, André Billardon, laissant le soin à Mustapha Sadni d’annoncer le lancement de la caravane PS avec une quarantaine de manifestations programmées sur toute la région bourguignonne jusqu’au 7 juin, inscrites dans la campagne «Des visages et des
territoires».

Des diverses discriminations aux élections européennes, c’est donc un
après-midi de réflexions auquel les jeunes militants socialistes avaient pu assister. Même si, comme l’a dit Fanny Petton, «il faudrait plusieurs semaines pour faire reculer ces inégalités», la deuxième édition de ce Festival Populaire fut une réussite. Les discussions ont été constructives, les stands de la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme, de la Ligue des Droits
de l’Homme ou encore de RESF ont intéressé les curieux et l’ambiance festive était également de mise puisque c’est par une soirée de concerts que le MJS a tenu à clôturer l’événement.

 

Reportage : Alix Berthier – Creusot-infos.com

Les discriminations sociales

Première table ronde de l’après-midi, la discussion portait sur les discriminations sociales. C’est André Billardon et Mustapha Sadni
qui menaient la réflexion. Sur ce point là, le premier élu creusotin s’arrêtait sur le fait que ce type de discriminations apparaît très tôt et se retrouve dans plusieurs domaines comme
l’emploi. En témoignent les chiffres donnés par Mustapha Sadni, à savoir 500 000 jeunes au chômage actuellement. N’hésitant pas à mettre en cause le système libéral prôné par le gouvernement
qui «s’aggrave et accroît constamment les inégalités», les deux personnalités insistaient ensuite sur la nécessité d’obtenir une majorité parlementaire socialiste en Europe. Cela permettra,
comme ces derniers l’ont souligné, de «prendre des mesures et des directives bénéfiques au recul de cette violence sociale». Selon eux, voter le 7 juin sera donc primordial pour redonner aux
jeunes les moyens de réussir, retrouver un certain équilibre et faire face au «délit de solidarité honteux» imposé par le Président de la République et son équipe.

 

Le genre et l’orientation sexuelle

Cette année, en France, le salaire des femmes est de 21 % inférieur à celui des hommes, elles représentent aussi 80 % des travailleurs
pauvres et, toutes les dix minutes, une femme est violée.


Forcément, ces chiffres évoqués par Laurence Fluttaz ce samedi ne faisaient rire personne. Ils incitent même à poursuivre le travail pour
la parité et l’égalité hommes-femmes. «Aujourd’hui, les acquis des femmes sont bafoués et chahutés par le gouvernement. Il faut donc rattraper le retard en proposant de nouvelles lois», a déclaré
la secrétaire fédérale aux droits des femmes et à la parité au sein de la section PS de Saône-et-Loire. Des propositions de lois que cette dernière trouve dans le programme du Parti Socialiste
Européen.

C’est Gilles Bon-Maury, président de HES, qui parlait des discriminations liées à l’orientation sexuelle. «Le fait qu’une personne soit
homosexuelle ne justifie pas la violence», a-t-il dit, rappelant que la reconnaissance de l’homosexualité apparaît aujourd’hui comme une marche inachevée. Réfutant notamment l’idée de
communautarisme, il insistait lui aussi sur l’importance du manifesto du PSE, comportant des éléments concrets en faveur de cette homosexualité.

 

Le racisme et l’handicap

«La race est un non-sens, cela n’existe pas», a déclaré Mustapha Sadni, rajoutant qu’une injustice comme celle-là est
inacceptable.


Pour y remédier, le candidat PS revenait une fois de plus sur les élections européennes en avançant une politique d’immigration
ambitieuse et cohérente renouant avec la solidarité et l’unité mises à mal par l’attitude gouvernementale. Avant qu‘il assure : «Seul le PS est capable de respecter une telle
politique».

Côté handicap, la parole était donnée à Marie-Thérèse Saulnier, vice-présidente de la section chalonnaise de la
FNATH.


S’appuyant sur un texte des Nations Unies du 13 décembre 2006 qui devait aboutir à une démocratie mondiale, cette dernière réfutait
cette idée en énumérant les inégalités dont sont encore victimes les personnes handicapées dans la vie de tous les jours. Dans le travail, dans le sport ou dans l’accession aux libertés
publiques, leur vie s‘apparente à «un parcours du combattant».


Comme les deux tables rondes précédentes, il ressortait une nécessité de faire des efforts supplémentaires pour parvenir, à terme, à
gommer ces discriminations. Le PS ne manquera donc pas de proposer des premières alternatives lors des prochaines élections.

Leave a Reply

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>