En Une Nationale

Silence, on brade…

Le gouvernement Fillon lance actuellement les premières applications de sa Révision Générale des Politiques Publiques. Les objectifs d’un Etat efficace et d’une dépense publique utile, sont louables et ne peuvent qu’être partagés. Il y a cependant une grande distance entre leurs discours de « modernisation » et notre vision : les objectifs d’efficacité et de rentabilité comptable sont dans la logique libérale de réduction des charges de l’Etat et de privatisation des services publics.

La RGPP dans sa version gouvernementale ressemble de plus en plus à un démantèlement des services publics détruisant l’égalité d’accès des citoyens aux des services de l’Etat. « La France est au bord de la faillite » disait il y a plusieurs mois le Premier Ministre. Force est de constater que ce constat alarmiste tire les conséquences de l’échec de la politique économique du gouvernement, qui de cadeaux fiscaux aux plus riches en exonérations de cotisations sociales inefficaces, a enlevé toute marge de manœuvre à l’Etat. Ce constat alarmiste né de la politique économique du gouvernement qui de cadeaux fiscaux aux plus riches en exonérations de cotisations sociales inefficaces a enlevé toute marche de manoeuvre financière à l’Etat. Cela sert ensuite au gouvernement à justifier l’abandon de pans entiers des politiques publiques de l’Etat (reniement de la politique familiale, démembrement des services techniques de l’Etat…) ainsi que la privatisation de certains bien publics. La frénésie gouvernementale s’attaque en sus à nouveau à la solidarité nationale en annonçant une nouvelle vague de déremboursements, ce qui constitue un nouveau coup porté à l’accès à la sante des plus démunis.

Pourtant les réformes sont plus que jamais nécessaires pour sortir notre pays de l’impasse dans laquelle six ans de gouvernement de droite l’a enfermé. Mais face à une méthode autoritaire, un discours démagogique, et un projet rétrograde, les socialistes doivent exposer leurs propositions pour une France plus égalitaire, plus juste et plus solidaire.

La concertation est nécessaire pour définir aujourd’hui de nouveaux objectifs pour les politiques publiques et partager l’évaluation de celles qui existent déjà. Les français ont droit à la vérité quant à la situation économique, sociale et financière de notre pays. Ces deux éléments doivent permettre de construire aujourd’hui, avec les français, un projet ambitieux, assurant de nouvelles sécurités, redéfinissant les objectifs des services publics, garantissant l’égalité d’accès à ceux-ci, et renforçant la redistribution vers ceux qui, de plus en plus nombreux, en ont besoin.

Leave a Reply

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>