Cantonales 2008

Cantonales: meeting à Sancé!

JSL – samedi 1 mars 2008 – Mâcon

Réunion départementale à Sancé

Dernier échauffement à gauche

La fédération du Parti socialiste organisait une réunion publique départementale dans un canton actuellement dirigé par la droite : Mâcon nord.
Cet aspect purement anecdotique n’a pas empêché la salle des fêtes de Sancé de se remplir de sympathisants.
Les caciques du parti étaient bien sûr présents pour l’occasion : Christophe Sirugue, le président du conseil général ; Arnaud Montebourg, candidat sur le canton de Montret ; et Jérôme Durain, premier secrétaire fédéral de Saône-et-Loire.

«Nous nous attendions à de beaux débats pour ces cantonales, nous attendons toujours nos adversaires» déclarait ce dernier, réduisant les arguments critiques de l’opposition à «la couleur des véhicule de service du conseil général, ou à l’usure de leurs pneus». Egrenant le bilan de Nicolas Sarkozy, le premier secrétaire s’étonnait de la distance prise par les candidats de droite vis-à-vis de leur parti, l’UMP, et de leur Président de la République.
Présentés par Nicole Clément, plusieurs candidats aux élections cantonales du département ont ensuite pris la parole pour évoquer leur campagne, à commencer par Jean-Pierre Petit sur Mâcon nord. «Je tiens à vous le dire tout de suite, je risque de ne pas être courtois avec le Voisin», plaisantait le maire de Laizé pour évoquer les dysfonctionnements de l’intercommunalité locale, la Camval.
Denis Lamard, qui se présente sur le canton de Pierre-de-Bresse, déclarait fêter son 3 000e coup de sonnette, gage d’une réelle campagne de terrain. Sa montée à la tribune fut aussi l’occasion de montrer son attachement aux services public, notamment à la défense du tribunal de Louhans et à la sous-préfecture. «Je veux dénotabiliser la fonction de conseiller général, me retrousser les manches.»
Candidate sur Chagny, Claudette Brunet-Léchenault a demandé où était passé l’UMP : «Nous allons bientôt devoir fabriquer des autocollants du parti pour les coller sur les affiches de leurs candidats. Sur le plan national, ça va de plus en plus mal, et il ne faut pas lésiner sur la critique du gouvernement en se mobilisant au plan local.»
Pierre Martinerie, candidat à la municipalité de Mâcon, évoquait lui le besoin d’un renouvellement du personnel politique à certains endroits, avant que Marie-Hélène Léopold, soutenue par la majorité départementale sur le canton de Tramayes, explique avec humour et énergie la nécessité d’une parité dans l’hémicycle. Elle s’est également montrée incisive sur les problème de transports collectifs au sein de son territoire rural, «même si je sais que le conseil général a déjà fait beaucoup».

Leave a Reply

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>