Législatives 2007

Soutien de Ségolène Royal en Saône-et-Loire

Article du JSL (14.06.2007)
Ségolène Royal en meeting à St-Rémy. Le MJS y était présent massivement.

De retour en Saône-et-Loire dix mois après sa visite à Frangy-en-Bresse, Ségolène Royal a exhorté à la mobilisation et dénoncé le projet de TVA sociale devant plus de 1 000 personnes, hier, à Saint-Rémy.
Il aurait fallu pousser les murs. Portée par une houle de micros et de caméras comme aux plus belles heures de sa campagne présidentielle, Ségolène Royal a attiré la grande foule des militants et des sympathisants pour sa réunion publique éclair de soutien aux candidats socialistes du département. Plus d’un millier de personnes l’ont ovationnée dans une ambiance surchauffée, hier après-midi, à Saint-Rémy.

L’ex-candidate à la présidentielle, élégante dans un tailleur de lin blanc, a donc fait l’évènement de l’entre deux tours en Saône-et-Loire. Arrivée de Paris par avion, Ségolène Royal est restée moins d’une heure dans le Chalonnais. Le temps de dénoncer la TVA sociale, et de dire son amitié et son soutien aux six représentants du PS, et notamment à Arnaud Montebourg. « Je veux remercier Arnaud de tout ce qu’il a fait durant la campagne présidentielle. Il a été très souvent en première ligne de défense du pacte présidentiel et de la candidate. Il a été ciblé parce qu’il était l’un des points forts de cette campagne. En ciblant Arnaud, c’est moi que la Droite cherche… » S’exprimant avec des accents de chef de parti, Mme Royal a rendu hommage à un « député de talent qui n’a pas peur d’affronter le pouvoir en place et de dire les choses avec clarté, d’ouvrir les yeux à nos concitoyens sur ce qui se prépare ». « Si vous voulez que cette voix ne se taise pas, j’ai besoin de l’élection d’Arnaud Montebourg », a-t-elle conclu…
L’ex-candidate à l’Élysée insista également sur l’«engagement et la compétence » de Christophe Sirugue dans de nombreux domaines, et sur son estime pour Didier Mathus « victime dans sa circonscription d’une insupportable campagne de calomnie et de mensonges… »

Mais Ségolène Royal était aussi venue appeler à la mobilisation des électeurs de gauche. « On voudrait nous faire croire que tout est déjà fait. Nous devons élever des digues, non contre une vague, mais contre un tsunami qui est une injure à la démocratie », affirma-t-elle. La présidente de Poitou-Charentes, désavouée par le conseil national du PS sur sa stratégie de rapprochement avec François Bayrou, en appela clairement aux électeurs du MoDem, en évoquant le « dérapage de la dette publique », « un sujet important pour les électeurs du Centre ». « Pour payer l’ensemble des engagements et des cadeaux de Nicolas Sarkozy, les Français seront condamnés à la triple peine », lança-t-elle. « La première, c’est l’augmentation de l’impôt sur la consommation (NDLR : le projet de TVA sociale). Je demande à ce sujet la vérité du vocabulaire, de la morale politique. Faire croire que l’augmentation de la TVA serait un cadeau aux consommateurs, c’est une tromperie à laquelle il faut faire barrage […] La deuxième, c’est le recul des services publics de l’Éducation, de la Justice, de la Santé, de la Sécurité, car il faudra bien payer les cadeaux fiscaux […] La troisième, c’est le dérapage de la dette publique, c’est-à-dire ce qui sera payé par les générations à venir. J’observe que les thèmes de la dette et du chômage ont disparu du discours de la Droite… »
Ségolène Royal a conclu en appelant aux urnes : « venez voter pour vous, pour être protégés, pour être représentés, pour y voir clair dans ce qui vous sera dit. Le seul lieu de démocratie sera le débat à l’Assemblée nationale. L’indifférence n’est pas de mise. Demain, il sera trop tard, car nous n’aurons plus d’élection nationale dans les cinq ans de Nicolas Sarkozy… »

L’ex-candidate s’est ensuite engouffrée dans un monospace Peugeot, toujours poursuivie par une meute de journalistes. Direction Bordeaux, où elle était attendue par l’adversaire socialiste d’Alain Juppé. A Saint-Rémy, des dizaines de riverains ont pu suivre son discours à leur fenêtre, grâce aux haut-parleurs installés sur la place…

J-Ph. Chapelon

Leave a Reply

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>