Législatives 2007

J. Rebillard en campagne

Article du JSL (14.06.2007)
A gauche, la chasse aux voix est lancée en faveur de Jacques Rebillard

Ils étaient 200 selon les militants. Certes, nous n’avons pas procédé aux vérifications d’usage mais force est de reconnaître que le Centre Culturel et de Congrès avait fait le plein hier à Paray.
Rien n’est joué. Le candidat PRG-PS a été crédité de 33,64 % des voix au 1er tour mais pour lui, les jeux sont loin d’être faits.
La preuve ? Il a lui-même procédé aux calculs, établissant des comparaisons entre 2002 et 2007. « Jean-Marc Nesme a perdu 8 points, moi je n’en ai perdu que 3 ».
Certes, il le reconnaît : la bataille va être rude. « Chaque voix compte ».
Un seul mot d’ordre : le terrain. « Nous faisons les sorties d’immeubles, les sorties d’usine, les quartiers », décrit Jean-Paul Drapier, le suppléant. « Nous voulons nous adresser aux jeunes et pourquoi pas la fête des Pères peut en ramener certains dans la région le 17 juin ». La chasse aux voix est lancée.
Jacques Rebillard compte sur le report de celles acquises par Alain Bailly. Ce dernier a d’ailleurs manifesté par communiqué son soutien au candidat PRG-PS. Et du côté du MODEM ? La présence silencieuse d’André Chassort (fortement applaudi) à la réunion d’hier soir a redonné du baume au cœur aux militants. Pour autant, André Chassort affirme ne donner aucune consigne de vote. « Je viens parce que je suis favorable au pluralisme en politique », nous avait-il confié quelques heures auparavant. François Sénéchal, suppléant de Nathalie Charvy, candidate des Verts a également affirmé son soutien dans un désir de « limiter les dégâts de l’État UMP ». « Dans cette circonscription, le candidat UMP peut être battu », a-t-il ajouté. Un candidat auquel Jacques Rebillard et Jean-Paul Drapier ont reproché son manque de combativité pour des sujets bien connus sur le secteur tels que la désertification médicale, le chômage, le manque d’industries, l’absence de dialogue au sein du Pays Charolais-Brionnais, le manque de chantiers d’insertion et bien entendu, le sujet épineux de la RCEA.
Rappelant qu’il a déjà tenu les rênes de cette circonscription entre 1997 et 2002,évoquant sa position de vice-président aux Conseils régional et général, Jacques Rebillard a voulu prouver qu’un député de gauche dans une assemblée de droite n’était pas nécessairement un handicap.
La gauche semble regonflée à bloc, pleine d’espoir. Et c’est bien connu, l’espoir fait vivre. Reste tout de même cette grande inconnue du dimanche soir : le taux d’abstention. Car c’est bien entre ses mains que le sort de l’élection se jouera.

Caroline Musquet

Leave a Reply

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>