Législatives 2007

« Notre défaite d’hier sera notre succès de demain »

Article du JSL du 2 juin 2007
Réunion publique d’Évelyne Couillerot (PS) et Rémy Rebeyrotte à Autun

L’heure est à la mobilisation, au sursaut, à la réaction. Il reste encore quelques jours pour convaincre et aller voter pour faire barrage à la politique du nouveau gouverne- ment ». En résumé tel est le message en fil rouge qu’ont tenu à faire passer ce jeudi, salle Colonel Lévêque à Autun lors d’une énième réunion publique, Évelyne Couillerot, candidate PS aux élections législatives et son suppléant Rémy Rebeyrotte, maire d’Autun, mais aussi le jeune Mickaël Guijo au nom du Mouvement des Jeunes Socialistes 71 qui a ouvert d’ailleurs cette séance devant un parterre de près de 150 personnes dont plusieurs militants et sympathisants.

Les arguments n’ont pas manqué pour saluer la candidate Évelyne Couillerot dans son souhait d’être une députée active, au service du territoire en lien avec les communes mais aussi les conseillers généraux et régionaux et ce dans un esprit de travail d’équipe. Tout en égratignant l’action du député sortant « qui adopte la technique du recyclage en prenant à son compte ce que les autres font tout en se contentant de recevoir les lettres de confirmation des ministres », mais aussi la politique du nouveau gouvernement, R. Rebeyrotte a salué le dynamisme et la compétence de Mme Couillerot « capable de défendre et de plaider nos dossiers ». Il attirera ensuite l’attention sur « l’idéologie nouvelle qui s’est mise en place depuis quelques semaines en France, une droite endoctrinée qui avance encore un jeu masqué avec la proximité des Législatives ». Il critiqua aussi le projet de franchise de soins, le « détricotage » de la politique familiale, le démantèlement du service public, la politique hospitalière, les heures supplémentaires qui pour lui «n’est pas travailler plus pour gagner plus, mais travailler plus pour payer plus. Gagner plus pour se payer l’accès aux soins, la retraite » dont la garantie d’une bonne retraite passera par la capitalisation.

É. Couillerot se montrait également percutante en revenant sur ces principaux points mais aussi en insistant sur la nécessité de mettre en place un contre-pouvoir en faisant élire un maximum de députés de gauche, non pas 50 mais 200, pour avoir un Parlement fort face à cette « présidentialisation à outrance » avec un « président qui veut tout dévorer, tout digérer… » « La tâche est rude. On essaie de nous endormir en nous faisant croire que tout est joué ». Après avoir égratigné certains membres du nouveau gouvernement (F. Fillon, A. Juppé etc.), elle insista sur le fait que la nouvelle politique de N. Sarkozy pénalisera les petits salaires, les petites retraites… « Ils prendront en 1er et de plein fouet, la franchise santé qui sera la variable de réajustement de la sécurité sociale (…) si on ne se réveille pas aujourd’hui, ce sera douloureux au moment du 17 juin.»

Leave a Reply

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>