Nos actions

Des tracts pour vaincre la « lepénisation des esprits »

Article du JSL daté du 11 mars 2007.

« Jeunes socialistes et radicaux se mobilisent dans la campagne »

Réunis au local du Parti Socialiste de Montceau, responsables MJS et JRG se sont vus féliciter par le député-maire Didier Mathus

Motivés, les jeunes membres du MJS (Mouvement des Jeunes Socialistes) et des JRG (Jeunes Radicaux de Gauche) le sont. Pas de grande réunion à venir pour autant, le MJS 71 et son homologue optent pour le contact direct : distribution de tracts sur le marché, dans les rues, à la sortie des établissements, etc. A Montceau hier, le mouvement entamait son entrée dans la campagne, salué et félicité pour l’occasion par le député-maire Didier Mathus au local de la section montcellienne du PS.

Un objectif : rassembler les jeunes autour de la candidate à l’élection présidentielle, Ségolène Royal. Un credo : se battre « contre la lepénisation des esprits et la banalisation du Front National, contre Nicolas Sarkozy qui chasse sur les terres de l’extrême droite », pour reprendre les termes de Jérôme Pacaud, responsable départemental. Au-delà du spectre d’un nouveau 21 avril, les responsables insistent sur l’abstention récurrente de la jeunesse aux élections et sur l’importance du vote Le Pen chez les jeunes.

Bien sûr, on défend aussi le pacte présidentiel de Ségolène Royal à bras-le-corps. Place de la mairie à Montceau s’est tenue la distribution de tracts : « Je vote, tu votes, il vote, elle vote, nous votons, vous votez, ils dégagent » avec en tête, l’effigie de MM. Le Pen et Sarkozy, côte à côte. Mais on discute aussi, tentant d’interpeller les nombreux passants d’hier après-midi. « Quitte, même, à simplement entamer le débat, explique Jérôme Pacaud. Une jeune, votant Front National, est récemment venue discuter avec nous. On ne l’a certainement pas fait changer d’avis, mais au moins, nous avons discuté ».
Non loin de l’emplacement des jeunes socialistes et radicaux de gauche, une personne plus âgée distribue elle aussi toute une série de tracts : « Osez Bové ». Autre chose. Mais là aussi le débat semble s’être installé et les générations ont pu échanger leurs arguments.

Leave a Reply

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>